Tous les articles par ArboAdmin

Les tiers-lieux en réseau ?

Pourquoi des réseaux de tiers-lieux ? Les espaces de coworking et autres fablabs fleurissent sur l’ensemble du territoire. On en compte plus de 900 aujourd’hui.

Pour que chaque lieu, et donc chaque communauté, prospère et que le territoire en tire le profit maximal, il devient de plus en plus vital d’organiser la mise en réseau des lieux et donc, des communautés.

Plus que des concurrents, les tiers-lieux voisins sont des amplificateurs pour votre (et leur), attractivité ! 

En savoir plus :

Source : Les tiers-lieux en réseau, nouveau levier d’attractivité | Zevillage

La lutte contre l’exclusion passe désormais par l’accompagnement au numérique

S’inscrire au chômage, faire valoir ses droits à la retraite, déclarer ses revenus : les usagers sont poussés à se tourner vers internet. Avec la fermeture des guichets, les plus fragiles n’ont plus accès à leurs droits sociaux. 15 % des Français restent déconnectés. Précaires, seniors et non-diplômés sont les premiers oubliés du numérique et peinent encore à se servir de leur ordinateur et à naviguer sur internet. Si les collectivités investissent depuis longtemps dans les infrastructures, elles familiarisent de plus en plus les déconnectés aux pratiques numériques à l’aide de bus itinérants, d’initiations aux tablettes tactiles ou de création de cyberespaces…

 

Source : La lutte contre l’exclusion passe désormais par l’accompagnement au numérique

Vie de quartier

Arborescence participe à la manifestation :

« Les associations
rencontrent les habitants »

Les associations organisent ce mercredi 25 octobre 2017 pour les habitants des quartiers Crottes et Cabucelle, un évènement autour d’animations gratuites sur diverses thématiques telles que jeux de société, informatique, écriture, stand de maquillage, etc.

Cette manifestation qui sera l’occasion de rencontres et d’échanges avec les habitants se tiendra à l’association Amazigh au Marché aux puces.

Venez nombreux !

- Amazigh : 136, chemin de la Madrague-Ville 13015 Marseille

- Mercredi 25/10/2017 de 14h à 17h

 

La MedNum

L’association Arborescence est membre fondateur de la SCIC* « La MedNum », coopérative des acteurs de la médiation numérique.

*SCIC: société coopérative d’intérêt collectif

Nous, acteurs de la médiation numérique

Aujourd’hui, pour agir tout en préservant nos singularités, nous coopérons au sein d’une plateforme nationale, porte-drapeau de multiples actions locales et cheville ouvrière d’une mutualisation de services et du portage de projets communs. Nous décidons de nous doter d’un outil commun, une coopérative d’intérêt collectif à laquelle sera adossé un fonds de dotation. 

Notre coopérative est ouverte à toutes les parties prenantes, structures et salariés de la médiation numérique, réseaux, regroupements et collectifs impliqués, collectivités territoriales, services de l’État, établissements et opérateurs de services publics, mais aussi acteurs de l’économie numérique, et plus généralement toutes les organisations concernées par la transition numérique des citoyens et des organisations. Ensemble, nous décidons de “faire société” à l’ère numérique.

En savoir plus : https://lamednum.coop/

ARSENIC

L’association Arborescence est membre d’ ARSENIC, réseau d’acteurs de la médiation numérique  en région PACA.

Les missions

Réunir

Mobiliser un réseau d’acteurs de la médiation numérique et de partenaires, pour des évènements régionaux, nationaux, des rencontres et ateliers thématiques territoriaux.

Promouvoir

Faire connaître et reconnaître le rôle de la médiation numérique et favoriser son inscription au sein des politiques publiques.

Accompagner

Soutenir le développement des lieux, comme des projets collectifs, individuels et transdisciplinaires.

Agiter

Provoquer le débat, les échanges, interpeller les acteurs, les partenaires et les institutionnels, proposer des manières de faire et des actions innovantes au service de Tous.

Former

Permettre l’évolution des pratiques professionnelles et le développement des compétences des acteurs de la médiation numérique, et des organisations professionnelles en transformation numérique.

Observer

Réaliser la veille sectorielle, concevoir les outils de mesure et d’analyse des actions de médiation numérique, et rendre compte.

En savoir plus  : http://arsenicpaca.fr/

Les espaces partagés : FabLabs, tiers-lieux,  espaces de coworking… Comment s’y retrouver ?

Les espaces partagés se diversifient et les appellations se multiplient. Tous ces espaces s’inscrivent dans une même démarche : favoriser la rencontre et l’échange entre personnes, intérêts et compétences, qui n’ont pas forcément vocation à se croiser. De ce point de vue, ces lieux participent à  renforcer la cohésion sociale. La convivialité, l’entraide et le partage sont les maîtres-mots de ces espaces ouverts, qui sont devenus, en quelques années, les moteurs d’expériences d’une économie collaborative. Si ces lieux ont tous un objectif commun, chacun a sa particularité dans son fonctionnement et ses services proposés. Afin d’y voir plus clair, voici un tour d’horizon de ces « espaces partagés ».

Tiers-lieu : des espaces créatifs et innovants

Le tiers-lieu ou « troisième place » est le terme générique utilisé qui regroupe différents types d’espaces partagés à mi-chemin entre le foyer et le bureau en entreprise. Coworking, FabLab, hackerspace : les tiers-lieux permettent au grand public (citoyens, associations, entreprises), que ce soit pour leurs activités professionnelles ou par passion, de découvrir des innovations, concevoir et réaliser des projets ou encore s’informer sur le monde du numérique.

FabLab : la « fabrique » collaborative 

Le FabLab ou « laboratoire de fabrication » est un des tiers-lieux les plus connus. Ouvert à tous, il permet au public de fabriquer, créer et concevoir, seul ou en groupe, des prototypes d’objets innovants grâce à un ensemble d’outils mis à leur disposition : imprimantes 3D, fers à souder, composants électroniques. Les FabLab respectent une charte précise et forment un réseau international où chacun partage, échange et collabore sur son savoir-faire.

MédiaLab : le digital à l’honneur

Le MédiaLab ou « laboratoire médiatique » se distingue du FabLab. A défaut de fabriquer des objets en tout genre, le public du MédiaLab fabrique du contenu exclusivement numérique et multimédia. Des ateliers et des conférences sur le digital et le multimédia, tels que des ateliers « réseaux sociaux » ou des open plateau radio, sont également proposés. Le MédiaLab est donc centré sur la question des médias (information, vidéos, images).

InfoLab : la maîtrise des données sur Internet

L’InfoLab ou « laboratoire d’informations » est un espace dédié à la donnée : ce que l’on appelle « la data”, un espace où l’on informe le public sur la maîtrise et l’utilisation des données numériques. À travers des ateliers et des conférences-débats, plusieurs thématiques, soulevant des questions à la fois éthiques, juridiques et économiques, sont abordées (open-data, big data, données personnelles).

LivingLab : le test, en « avant-première », des produits de demain

Le LivingLab ou « laboratoire vivant » propose au grand public de tester de nouveaux produits avant leur commercialisation. Ici, les participants ne fabriquent pas mais évaluent, donnent leurs avis et échangent sur les objets de demain.

Makerspace : la création participative informelle

Un Makerspace ou « espace de fabrication » a un fonctionnement plus informel et autonome que la plupart des Fablabs. C’est un espace où des personnes, ayant déjà un intérêt commun pour le numérique, le bricolage et la “bidouille”, se retrouvent pour créer des outils innovants. Pour cela, le Makerspace met à leur disposition un ensemble d’outils numériques (imprimantes 3D, machines-outils…etc.).

Hackerspace : le nouveau rendez-vous des hackers 

Le Hackerspace ou « espace des hackers » est, à l’image des Makerspaces, organisés de manière informelle et autonome ; mais il trouve sa singularité dans son activité axée essentiellement sur le monde de l’informatique. En véritables « hackers », les participants se retrouvent pour créer, modifier ou évaluer des programmes informatiques en travaillant notamment via des logiciels libres et des médias alternatifs.

Repair Café : la réparation collective et solidaire

Le Repair Café ou « Café de réparation » invite le grand public à réparer vêtements, meubles et autres objets d’usage dans un espace collaboratif et convivial. Grâce au soutien de bénévoles experts en bricolage, les Repairs Cafés deviennent des lieux d’entraide où chacun lutte, à sa manière, contre l’« obsolescence programmée » des objets du quotidien.

Coworking : « place to be » des indépendants

Le coworking ou «co-travail » est un des tiers-lieux les plus connus. Loué généralement à la journée, cet espace de travail permet aux indépendants (auto-entrepreneurs, personnes en freelance) de travailler en dehors de leur domicile tout en ayant la possibilité de nouer des synergies avec d’autres « coworkers ». Principalement configuré en « open space », le coworking permet à chacun de retrouver les installations habituelles d’une entreprise dans un cadre convivial sans pression hiérarchique directe.

Parmi ces espaces partagés se trouve l’EPN ou Espace Public Numérique. Il offre la possibilité, pour tout citoyen, de découvrir, de s’informer et d’échanger sur les pratiques et les usages du numérique de manière accompagnée. Centres de ressources à la fois humaines et matérielles, les EPN mettent à disposition un ensemble d’équipements, de méthodes d’accompagnement, d’ateliers et de débats pour favoriser l’accès aux TIC (Technologies de l’Information et de la Communication). Lieux d’expérimentation et d’animation, les EPN sont les défenseurs d’une société collaborative avec, comme point d’ancrage, la médiation numérique.

L’annuaire de la médiation numérique permet à chacun de retrouver ces lieux près de chez soi, et, pourquoi pas un jour d’en franchir la porte ?

Source : FabLabs, tiers-lieux, hackerspaces, makerspaces, espaces de coworking… Comment s’y retrouver? | Portail de la Médiation numérique

La médiation numérique

Source : Définition – ARSENIC

La médiation numérique vise à soutenir les usages et développer la culture numérique de tous : dans une société en pleine transformation numérique, particuliers, professionnels, entreprises et collectivités doivent faire évoluer leurs pratiques. Les professionnels de la Médiation numérique s’évertuent à développer le potentiel numérique de la population, et garantissent l’appropriation réussie des technologies numériques par les individus et les organisations.
L’adoption des services dématérialisés, le développement d’une culture entrepreneuriale, la recherche de débouchés pour les nouveaux services de territoires innovants, l’accès à l’acquisition de compétences numériques, la transition numérique des entreprises, sont autant de missions conduites par les acteurs de la médiation numérique, s’inscrivant dans le cadre des stratégies d’innovation des territoires.
Ainsi, il n’est de transition, sans médiation numérique.

Vivre, travailler et évoluer dans un monde de plus en plus numérique demande une adaptation constante. Véritable accélérateur de transformation sociale, le numérique doit être inclusif. « Etre « inclus », c’est être citoyen, c’est pouvoir s’exprimer et agir sur son destin comme sur son environnement », déclarait le Conseil National au numérique dans le cadre de l’une de ses recommandations pour une politique nouvelle d’inclusion. Il stipulait encore : « Pour que la société numérique ne soit pas celle de la solitude, la médiation de proximité reste un moyen essentiel et durable. »

Qu’elles soient publiques, privées et associatives, toutes les initiatives de médiation numérique visent à accompagner les personnes vers l’autonomie. C’est un véritable enjeu de société : un enjeu d’équité.